Sur le fil du coeur de Théo Lemattre

caracterisques

Auteur :  Théo Lemattre

Nombre de pages : 271 pages

Maison d’édition : Montlake-Romance

Date de publication :  2 Juillet 2019

Prix : 9.99 € (Broché) – 1.99 € (Numérique)

mon resume

Constance et Weaver se retrouvent obligés de faire un stage ensemble. Le problème, ils ne se supportent pas et vont quand même être obligés de travailler ensemble. Arriveront-ils à s’apprivoiser ?

avis

J’ai souvent un peu de mal à commencer mes chroniques, à les démarrer, et c’est le cas pour celle-là. Sur le fil du cœur est à la fois une histoire d’amitié, une histoire d’amour, une histoire sur la vie en général. Constance, Sarah, Mélanie et Ella sont quatre amies qui vont entrer à l’université. Mais la vie fait que parfois, on se retrouve séparées : pas les mêmes cours aux mêmes horaires, on s’éloigne des autres, on se voit quand même de temps en temps. Et puis, Constance va faire la rencontre de Weaver. Ils vont devoir travailler ensemble pour un stage, mais ils se détestent. Ils vont devoir apprendre à se parler, puis vont se poser des questions l’un sur l’autre, tout en apprenant à se connaitre, jusqu’au rendez-vous manqué. Et voilà que Théo nous emmène 5 ans plus tard, pour retrouver nos personnages, voir se qu’ils sont devenus; Et tout en lisant, on repense en même temps à nos années passées, nos études, ce que l’on voulait faire, et la vie qui s’en est mêlée, on a du faire des choix. Constance et Weaver aussi ont avancé, pas toujours comme ils l’auraient voulu, par choix, par obligation. Alors arriveront-ils à se retrouver ? Oseront-ils prendre des risques, à se remettre en question pour trouver le bonheur et être enfin heureux ? J’ai passé un très bon moment à lire ce livre, éprouvé beaucoup de nostalgie aussi. Ils aurait très bien pu s’appeler Sur le fil de la vie ! J’aime toujours autant les petites comparaisons de Théo et sa façon d’écrire. Je ne m’attendais pas du tout à ces revirements de situations. J’ai adoré Constance et Weaver, leur façon de se lancer des pics au début de leur rencontre, de se chercher, tout ça en cachant leur solitude. Finalement, on pourrait tous faire notre propre livre, en partant du lycée, voir ce que le temps a fait de nous, et nous dire que la vie n’est pas un fleuve si tranquille que ça. Petit plus : une question qui fait réfléchir : combien de personnes font le métier qu’elles voulaient vraiment faire lorsqu’elles étaient étudiantes ?#Magali

 

lienamazon

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s