Pourquoi il ne faut pas tuer ( tout de suite) son voisin, de Laure Allard d’Adesky et Fanny Bernard

mon resume

C’est l’histoire de deux voisins qui ne se sont jamais vus. Sylvie vient d’emménager dans un immeuble parisien, rue des Dames. Henri est son voisin du dessous. Cet auteur au caractère un peu particulier lui réserve un accueil qui l’est tout autant: une missive très sarcastique pour la rappeler à l’ordre: pour des rapports de bon voisinage, il est d’usage de ne pas marcher la nuit en talons aiguilles et de ne pas écouter du Luis Mariano à plein volume ! Mais dont Henri ne se doute pas, c’est que Sylvie ne compte pas en rester là, elle réplique par un courrier plutôt bien senti et c’est ainsi que démarre une correspondance hors du commun !

avis

Ayant été déjà séduite par l’écriture de Laure Allard D’Adesky, j’étais curieuse et impatiente de découvrir cette collaboration avec Fanny Bernard. J’ai retrouvé un ton tantôt léger, tantôt grinçant et corrosif, l’humour subtil, mêlé à une finesse dans la vision des personnages. A la lecture, je n’ai pas su dire qui avait écrit quoi ou comment le travail avait été réparti: le tout est tellement fluide et bien construit que cela se lit tout seul !

Moi qui suis une inconditionnelle des romans épistolaires, j’avais été attirée par le sujet. Les lettres échangées par les deux protagonistes sont excellentes et surtout très parlantes: elles renvoient à des situations que nous avons tous connu… Mais… La façon de réagir de Sylvie, comme d’Henri, elle, n’est pas ordinaire ! Eux, ils osent… N’avez-vous jamais rêvé de dire ses quatre vérités à un voisin désagréable ou au mode de vie incompatible avec le vôtre ? La raison vous a sans doute retenu… Ici, c’est jouissif de voir jusqu’où nos deux héros osent aller ! Ce sont deux personnages extravagants, chacun dans son style. Lui, vieux garçon bourru, qui n’a pas peur de dire ce qu’il pense sans détour, mais aussi séduisant homme à femmes qui collectionne les conquêtes. Elle, femme d’expérience, entêtée, possédant un fort esprit de contradiction et de compétition, fière de sa plastique… et de ses goûts très éclectiques !

J’ai apprécié de découvrir des héros qui ne sont pas tout jeunes, qui ont du vécu, de l’expérience, qui savent ce qu’ils veulent ( ou croient le savoir…)

C’est un récit rythmé qui alterne les courriers échangés avec de courts passages narratifs. Le tout est bien dosé, ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas. C’est cru, bien senti, fin. Il n’y a pas de longueurs, ni de temps morts, mais beaucoup d’énergie pour ce roman qui m’a fait passer un très bon moment de lecture.

#Elise

lienamazon

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s